Arrêt BGH : les studios de fitness doivent rembourser les cotisations de confinement à leurs clients

Toute personne qui n’a pas pu utiliser sa salle de sport pendant le verrouillage de Corona a droit aux frais d’adhésion payés pendant cette période.

La Cour fédérale de justice (BGH) a statué mercredi dans une affaire modèle de Basse-Saxe qu’un studio doit rembourser les contributions perçues par prélèvement automatique à un client.

“Le but d’un contrat de gym est une activité physique régulière”, ont déclaré les meilleurs juges civils de Karlsruhe. Avec une fermeture de plusieurs semaines, il était impossible d’assurer ce service. (Az. XII ZR 64/21)

Le demandeur avait conclu un contrat de deux ans qui a commencé à courir en décembre 2019. Après le déclenchement de la pandémie corona, le studio a dû fermer du 16 mars au 4 juin 2020.

L’opérateur a néanmoins continué à percevoir les cotisations mensuelles de 29,90 euros. Le client avait d’abord demandé en vain à son studio de rembourser et a finalement demandé un bon d’achat pour le montant.

Cependant, le studio ne lui a proposé qu’un “crédit de temps de formation” – ce que le client a refusé.

Désormais, les studios doivent rembourser les messages de verrouillage

iStockphoto

Avant le BGH, l’homme avait raison en dernière instance. Dans le cas d’un contrat de gym à durée déterminée de plusieurs mois, “l’ouverture et la convivialité régulières et à l’année du studio sont d’une importance cruciale”, ont décidé les juges.

Pendant le confinement, cet objectif contractuel n’a pas pu être atteint.

Selon le verdict, le studio n’a pas non plus le droit d’ajouter les semaines de fermeture à la durée du contrat, comme certains tribunaux de première instance l’avaient cru possible.

Les juges du BGH justifient également cela par la solution de bons que le législateur a introduite au printemps 2020 pour prévenir les insolvabilités de masse par le biais de réclamations. Le règlement stipulait que les organisateurs et les institutions pouvaient également rembourser les billets d’entrée et les “droits d’utilisation” avec un bon.

Le BGH a jugé qu’un règlement définitif avait ainsi été pris. Un ajustement de contrat n’a pas lieu en plus.

Leave a Reply

Your email address will not be published.